Le journal d’un squelette. Mais oui, les squelettes cay vivant, vous ne pouvez pas comprendre, bordel.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le journal d’un squelette. Mais oui, les squelettes cay vivant, vous ne pouvez pas comprendre, bordel.

Message par Minefro Crafty le Sam 31 Aoû - 19:18

Par où commencer. Tant de chose à dire. Mais surtout…

POURQUOI J’ECRIS DANS UN PUTAIN DE CARNET.

Faut croire que ma simple existence ne pourrait communiquer avec  les autres.
Ou alors je suis asocial. Ouais, ç’doit être ça. Je vois que ça.

Il s’est passé un sacré moment depuis quand même. Je me rappelle même plus le jour où j’ai débarqué dans cette fichue ville remplie de personne aussi bizarres que mon pouvoir. J’me disais que j’allais m’ennuyer mais … je dois avouer le contraire.

Le nombre de personne que j’ai vu, sérieux.

Un Poney Rose surexcité, un raton-laveur vert qui aime fuir, une fille avec un serpent qui vend diverses choses, une autre avec un putain d’appareil photo qui déshabille les gens, un blondinet en doudoune orange pour le moins très étrange, un type qui se balade avec une ardoise et qui n’aime pas les filles, une fillette qui aime les fruits géants et qui me fait penser à une fille d’un de ces magical girl assez niais…. (Je viens d'emprunter des stylos de couleurs à un gosse qui avait une trousse, tout s'explique.)

Et encore. Je n’ai pas vu tout le monde, je le sais. Je pense que les autres sont aussi chelous qu’eux.

Mais bon, s’il n’y avait que des gens antipathique, les choses n’avanceraient pas.
Eh, je radote. Quoique. De quoi je pourrais parler ? Ah, oui.

Cette fichue lettre. Sisi, vous l’avez eu vous aussi. Forcément, sinon vous ne serez pas là hein.
Quand je l’ai reçue, j’ai cru que c’était une blague. Un poney rose, sérieux. Et pourquoi pas un lama vert aussi ? Avec une moustache ? Les gens ne savent plus quoi choisir comme surnom. Mais il me semblait qu’il y avait un petit air de sérieux dans cette lettre, alors bon, j’ai préféré suivre mon instinct. En même temps, je n’avais que ça à faire … hem.

Finalement, je n’ai pas eu tort de venir. Puisque c’était vrai. Même que quand j’ai vu "Le Poney Rose" en personne, j’ai cru être dans un autre monde, comme le Paradis, ou l’Enfer. Mais apparemment, tout était réel. Aw, dommage.

Et comment je suis venu ici ? Euh … je ne sais plus, sûrement à pied. Parce-que je faisais peur aux gens avec mon costume  -w-  VOUS AVEZ JAMAIS VU UN MEC EN SQUELETTE BORDEL ?! Z’AVEZ PAS D’IMAGINATION ! Y’A QUE LES GOSSES QUI EN ONT ! …

En parlant de ça. Les gosses sont vraiment sympas par ici. En même temps ils ne me connaissent pas vraiment hein … sont trop innocent pour se demander "Mais qui est cette personne habillée pour Halloween ? Maman, j’ai peur ! ;A;" Et puis, et puis … y’en a un qui m’a collé dès le départ. Mais alors. Je sais pas ce qu’il avait moi. Il était là, avec son sourire d’ange, et dès que j’allais dehors, il me retrouvait.

Il me stalke peut être.

…MAIS NAN, C’est un gosse. Encore heureux. °-°

En réalité, il parle à tout le monde. Aux inconnus, pour être précis. Je plains ses parents quand même. Je n’aimerai pas tellement les rencontrer, il me prendrait pour un pédophile aux fantasmes douteux.  -w-

Mais bon. Moi, je l’apprécie, ce gosse. Edouard de son vrai nom. *dessine un nuage autour de son prénom, puis le cache au blanco* Mais des fois, il est lourd. Entre ses câlins, ses envies de jouer avec mes skeletons, sa gourmandise sans limite, son mode "je suis lent à la détente" et surtout, SON INNOCENCE QUI FAIT QU’IL ME PREND POUR UNE FILLE …. Han la la. J’aimerai bien lui planter des flèches dans la gueule quelquefois.

Dieu que je suis cruel avec lui. c:

Bref, si je continue, je vais faire un roman.

C'est cool d'écrire.
La prochaine fois je tuerai quelqu'un. C'est encore mieux.

[ Nan mais, j’aime radoter pour rien. C’est drôle, ça occupe, ça détend. LAMA ! /PAN ]

________________________________________________________~o~__________________________________________________________
Petit Squelette deviendra-t-il grand ?:
avatar
Minefro Crafty
➸ Androgyne Archer ➸

Messages : 127
Age : 26
Localisation : Les tois sont mes amis.
Emploi/loisirs : Frapper mes adorables squelettes ewe
Humeur : It's okay if you hate me, I hate me too.

http://www.ElisavetaxTaiwanxArthur.skyblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le journal d’un squelette. Mais oui, les squelettes cay vivant, vous ne pouvez pas comprendre, bordel.

Message par Faune Lewis le Dim 1 Sep - 15:17

.... °^°

*Sort l'ardoise et récupère SES feutrés. Ils sont pas au gamis d'en face, ils sont les siens.*


alors, déjà, si j'ai une ardoise, c'est que j'ai une bonne raison. Serais tu jaloux, Mademoiselle, erm, Monsieur? Et oui, j'aime pas les filles, Sauf Huan Shih, mais je t'aime pas on plus, et t'es pas une fille. La lettre, qu'elle lettre? J'ai pas reçu. Et pis j'ai pas vu de lama rose ou de poney vert... Ou peut être l'inverse.

sur ce, je te laisse, M.Os.

Faune Lewis.

________________________________________________________~o~__________________________________________________________
In the End, as you fate into the Night.
Owowowoah
Who Will tell, the Story of your Life?

avatar
Faune Lewis
♬ Mysterious Thief ♬

Messages : 18
Age : 21
Localisation : Dans la forêt
Emploi/loisirs : Gribouille avec le feutre bleu
Humeur : -_-

http://Jingoku-no-merodirpg.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le journal d’un squelette. Mais oui, les squelettes cay vivant, vous ne pouvez pas comprendre, bordel.

Message par Minefro Crafty le Dim 1 Sep - 16:03

*a vu un blond passer, récupérer les feutres et se plaindre sur je ne sais quel sujet* ... Qu'est-ce-que tu viens foutre ici si tu m'aimes pas. Retourne donc faire des dessins sur ton ardoise et laisse-moi écrire des choses sur toi êwe

________________________________________________________~o~__________________________________________________________
Petit Squelette deviendra-t-il grand ?:
avatar
Minefro Crafty
➸ Androgyne Archer ➸

Messages : 127
Age : 26
Localisation : Les tois sont mes amis.
Emploi/loisirs : Frapper mes adorables squelettes ewe
Humeur : It's okay if you hate me, I hate me too.

http://www.ElisavetaxTaiwanxArthur.skyblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le journal d’un squelette. Mais oui, les squelettes cay vivant, vous ne pouvez pas comprendre, bordel.

Message par Faune Lewis le Dim 1 Sep - 16:19

*Lui tire la langue et lui balance un feutre avant de s'assoir et d'écouter gentiment sa vie.*

________________________________________________________~o~__________________________________________________________
In the End, as you fate into the Night.
Owowowoah
Who Will tell, the Story of your Life?

avatar
Faune Lewis
♬ Mysterious Thief ♬

Messages : 18
Age : 21
Localisation : Dans la forêt
Emploi/loisirs : Gribouille avec le feutre bleu
Humeur : -_-

http://Jingoku-no-merodirpg.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le journal d’un squelette. Mais oui, les squelettes cay vivant, vous ne pouvez pas comprendre, bordel.

Message par Minefro Crafty le Mer 11 Déc - 19:44

Pourquoi j'ai l'impression d'être tombé dans un espèce de vide intersidéral.

Ah, mais oui.

PARCE-QUE CAY LE CAS.

Remarquez, remarquez. C'est pas si mal. Je suis tranquille. Pas de cris, pas de types chelous qui vous courent après ou qui vous balancent de l'eau ... ce serait presque parfait. Mais le calme, ça peut devenir agaçant à force. Très énervant. Tellement que j'aurais envie d’empaler des enfants innocents, dont la seule occupation est de courir dans toutes les rues d'la ville ...
...Wait. Pourquoi je m'inquiète pour les autres. Si ça se trouve, ils sont tous partis en vacances à la plage. Je n'aurais pas pu venir, j'ai peur de l'eau, eh. Je suis sûr qu'ils sont en train de se noyer, tous ensemble.

Tous ensemble.

...

BORDEL. C'est quoi ce sentiment de solitude.

Moi qui les déteste presque tous, j'ai l'impression que leur présence me manque. Mais, non, pas du tout. Qu'est-ce que je raconte.

... Ou alors ils sont tous morts. Ouais, c'possible. Mais il me semble avoir aperçue la fille qui s'prend pour un poney non loin ... elle est bizarre, elle est toujours en train de mijoter quelque chose. Elle sautille partout, elle me fait peur. Tiens, ce serait pas le raton-laveur vert là-bas ? ... non, je n'irais pas le voir, il est trop stupide, eh. Et y'a aussi la fille qui oublie tout ... Lili-may de son prénom. Elle aussi est très bizarre. Mais je ferais mieux de ne pas juger, moi même je suis bizarre.
En fait, ils sont présents, mais invisibles. Cay quoi c'bordel sérieux ? Ils apparaissent par une magie qui m'est totalement inconnue, puis disparaissent, tels des fantômes. Bah, ils font c'qu'ils veulent, mais ...

J'espère juste que je ne mourrai pas au fond d'mon lit. '-'

En fait, je suis pas tellement seul, y'a mes skeletons.
Mais ils sont aussi muets que les fourmis que j'écrase sur le mur. =w=
Vivement qu'ils aient le don d'la parole. Que je puisse un peu m'taper la discute, quoi, histoire de pas finir à moitié fou.



Et voilà, j'écris encore des conneries.
Je déteste écrire.
...Wait, je viens d'faire quoi là.

________________________________________________________~o~__________________________________________________________
Petit Squelette deviendra-t-il grand ?:
avatar
Minefro Crafty
➸ Androgyne Archer ➸

Messages : 127
Age : 26
Localisation : Les tois sont mes amis.
Emploi/loisirs : Frapper mes adorables squelettes ewe
Humeur : It's okay if you hate me, I hate me too.

http://www.ElisavetaxTaiwanxArthur.skyblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le journal d’un squelette. Mais oui, les squelettes cay vivant, vous ne pouvez pas comprendre, bordel.

Message par Lili-May Fulop le Sam 14 Déc - 14:20

Une armoire sauvage apparaît et s'explose en mille morceau par terre, une Lili-May en sort, tombant à plat ventre, bras tendus avant de pleurer avec une tête de chibi et de grosses larmes.

Ê-être humain... Vouloir... Âme... Zombies... Bobo...
Tarte à la framboise... Oiseau Dodo... Perry? QAQ




Elle se relève et part en courant.

Ils se sont fait kidnappés ouiiin JEAN-CHRISTOPHE HELP les méchants mangeurs de chairs vont me dévorer!!! \QAQ/

( J'suis pas arrivée à temps... °___° )

________________________________________________________~o~__________________________________________________________

 Ey, It's me, Amnesia ! I'm here for you... 
And I rest with you forever.
avatar
Lili-May Fulop
❣ Tormented Mind ❣

Messages : 68
Age : 22
Localisation : Dans une académie, paumée.
Emploi/loisirs : Serveuse.
Humeur : Amnésique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le journal d’un squelette. Mais oui, les squelettes cay vivant, vous ne pouvez pas comprendre, bordel.

Message par Minefro Crafty le Sam 14 Déc - 16:21

*ne comprends jamais rien à ce qu'il se passe par ici* ...... ò-o *fera comme s'il n'avait rien vu et entendu*

________________________________________________________~o~__________________________________________________________
Petit Squelette deviendra-t-il grand ?:
avatar
Minefro Crafty
➸ Androgyne Archer ➸

Messages : 127
Age : 26
Localisation : Les tois sont mes amis.
Emploi/loisirs : Frapper mes adorables squelettes ewe
Humeur : It's okay if you hate me, I hate me too.

http://www.ElisavetaxTaiwanxArthur.skyblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le journal d’un squelette. Mais oui, les squelettes cay vivant, vous ne pouvez pas comprendre, bordel.

Message par Minefro Crafty le Sam 3 Jan - 0:12

[Je m'emmerde VRAIMENT. .n.]

L'ennui frappe à ma porte et j'ai envie de lui donner un coup de pied aux fesses, à celui-ci.

Je ne sais pas quoi faire, alors j'écris. J'écris des conneries. Comme d'habitude.
Qu'est-ce qui s'est passé, aujourd'hui ? Ah, oui, pleins de choses.

• J'ai voulu sortir en ville afin de prendre l'air. J'aurais pu m'installer sur un toit et regarder les gens se disputer de ma place, mais ce n'était pas assez amusant, on va dire. Il fallait que je trouve une autre occupation. Alors je me suis baladé dans les grandes avenues. En ce temps d'hiver, il y a beaucoup de monde dehors, et les gens ne font pas attention aux autres. Si bien que j'ai été bousculé un bon nombre de fois, et, évidemment, aucune excuse. Putain de crevards. Mais même en les insultant, personne ne m'écoutait. Remarque, j'ai un peu l'habitude. Ici, les gens vaquent à leur occupation ; z'ont pas que ça à foutre d'écouter un pauvre fou albinos crier des insultes.

• J'ai rencontré un chat sauvage avec des tâches roses. What is that. Je n'avais jamais vu un chat avec des tâches roses auparavant. On l'avait teinté ? Il s'était pris de la peinture par erreur ? Ou bien le Poney Rose était passé par là ? Aucune idée. Il m'a intrigué. Je l'ai suivi. Il m'a fait passer par des endroits super chelous, aussi ; des ruelles vides, sur les toits de la ville, dans le marché noir, pour finalement arriver au port. Ça puait le poisson, là-bas. Et évidemment, un chat et du poisson ... enfin voilà, quoi ! Il avait faim. Il s'est servi tout seul, comme un grand garçon. Et puis il m'a regardé, il m'a fixé avec ses grands yeux marrons avant de miauler et de poser son poisson devant moi. .... T'as cru j'étais un chat, ou bien ? J'en veux pas, de ton poisson ! J'ai fait mine de partir, mais il a miaulé encore plus fort. Quoiiiiii encore ? Il est chiant, ce chat ! Finalement, il a reprit son poisson et il m'a suivi. Chouette, un nouveau pote. -ironie-

• Je suis passé par la plage. Mais j'ai pris soin de pas trop m'approcher de l'eau. Y'avait trop d'eau, d'ailleurs. J'en avais le vertige. Le chat me suivait toujours, avec son poisson. Fallait peut être qu'il pense à le manger. Je me suis arrêté et c'est là que j'ai vu des gosses courir vers la mer en criant. Ils avaient l'air bien contents ... bah, c'est des gosses. Quoique, en plein hiver ? Sur la plage ? Et puis, parmi les gosses, un garçon que je connais plus que tout les autres ; Édouard. Il courait aussi vite que les autres et heureusement il ne m'a pas vu. Le chat a fini par manger son poisson entre temps. On peut reprendre le trajet, c'est bon ? J'allais partir quand j'ai entendu quelqu'un crier mon prénom. Ow, Édouard. Pas toi. Il a accouru vers moi, et, en me tirant, il m'a entrainé vers la mer. Uh. NO TOUT MAIS PAS CA. Je ne voulais pas prendre de bain, moi ! J'ai trainé, j'ai essayé de me défendre ; il n'a pas trop apprécié. Il a appelé ses collègues et, à cinq, m'ont poussé dans l'eau. Quelle bande de connards ! J'ai crié, je suis sorti de l'eau aussi vite que j'ai pu. Ils ont ri. Moi moins. Je les ai poursuivis sur toute la plage en les menaçant de mort extrême. Ils sont allés se réfugier dans l'eau. Édouard m'a dit qu'il trouvera un truc pour se faire pardonner. J'attends de voir. Le chat m'attend toujours et miaule en me voyant revenir.

• Je suis trempé de la tête au pied. Je me gèle. J'ai enlevé la veste que j'avais pour éviter d'attraper froid. J'ai le don pour être trempé, moi ! Je grommelais. Fallait que je rentre, now. Le chat passa devant moi, et, en miaulant, est parti devant. Il voulait que je le suive. Je n'avais rien d'autre à faire, alors c'est ce que j'ai fait. Il est entré dans un magasin. Rose. Sa propriétaire était aussi rose que les cheveux de notre Directrice. Ce qui explique les tâches roses sur le chat. Elle a eu pitié de moi en me voyant trempé et elle a voulu me donner des vêtements. J'ai refusé, je voulais pas être en rose. Elle m'a dit qu'elle n'avait pas que du rose ; mais je l'ai pas cru. J'ai fini par partir en lui demandant d'arrêter de laisser son chat sortir dehors parce-qu'il m'avait emmené partout dans la ville.

• J'ai froid et je me gèle vraiment. Il faut que je trouve un truc pour me réchauffer. Je sais ! Un bon café. Y'a un bar pas loin. Je décide d'y rentrer. Les gens me dévisagent ; parce-que je suis trempé ? Où est le problème, vraiment ? Je n'ai pas le temps de demander un café qu’Édouard débarque dans le bar en prenant soin de me bousculer. Il me demande de le suivre. J'en ai MARRE de suivre les gens ou les animaux, là. Il me tire par le bras et je n'ai d'autres choix que de le suivre. Il m'emmène chez lui. Il était pas censé aller à la plage ? Il m'a dit que j'étais plus important. Aw, vraiment ?  ... il va me faire rougir, ce gosse. Ses parents sont là. Ils me regardent avec attention. Ils demandent si je suis bien Minefro. Et puis ils commencent à me dire qu’Édouard passe son temps à parler de moi et que ça en devient insupportable. Je précise que je n'ai rien fait de mal dans toute cette histoire. Édouard rajoute que je suis un gentil garçon et que j'aime bien jouer avec les enfants tout seuls. Ou comment passer pour la bonne personne auprès des gens.

• Il me traine dans sa chambre et me demande d'attendre. Bon, j'ai pas le choix. Je regarde par sa fenêtre ; on a vue sur la Grande Place. Dehors, les gens continuent d'arriver et de partir ; une véritable foule. C'en est flippant. Je finis par observer la chambre d’Édouard. Elle est assez grande. Il débarque en claquant la porte. Il me lance une serviette. Puis me donne du café. Je murmure un remerciement. Il sourit comme un innocent ~ A peine j'entame mon café que quelque chose vient s'accrocher sur ma tête. Je crache le café. C'est ce putain de chat rose qui nous as suivi et qui est passé par la fenêtre ! J'essaye de l'enlever, mais rien. Il refuse de partir. Il miaule comme pas possible et je vais finir par crier. Édouard se met à rire puis finit par s'inquiéter.

• J'ai balancé le chat par la fenêtre. Édouard a poussé un cri horrible en pensant que je l'avais tué. J'ai prétendu que non. Ses parents sont arrivés dans la chambre. J'ai dit que j'avais rien fait et je suis parti moi aussi en passant par la fenêtre. Mais c'était haut. Au lieu de sauter, je me suis démmerdé pour monter sur le toit. Édouard a passé sa tête par la fenêtre pour me chercher. J'ai simplement crié un "T'inquiète, le chat est vivant, il est avec moi !" Il est rentré dans sa chambre. J'ai regardé le chat. Putain de chat. Il a miaulé et a sauté sur moi encore une fois. J'ai perdu l'équilibre et je me suis cassé la figure. Je suis tombé d'une sacré hauteur. Le chat a ronronné puis est parti. MERCI HEIN. MERCI POUR CE QUE TU AS FAIT.

• Finalement, je rentre. Je suis à moitié trempé, j'ai des bleues partout et j'ai un mal de tête pas possible. J'ai une envie de meurtre. La Directrice passe devant moi avec un grand sourire et je ne peux m'empêcher de l'insulter. Elle me regarde différemment et finit par me tirer la joue en me menaçant d'une heure de colle. Je finis par partir avec deux heures de colle. Chouette. Je rentre dans ma chambre, qui, visiblement, est aussi vide qu'avant. Je tombe sur mon lit et je suis déprimé. Peux pas y avoir pire. Ah, si. J'ai perdu ma veste. PUTAIN DE JOURNÉE.

________________________________________________________~o~__________________________________________________________
Petit Squelette deviendra-t-il grand ?:
avatar
Minefro Crafty
➸ Androgyne Archer ➸

Messages : 127
Age : 26
Localisation : Les tois sont mes amis.
Emploi/loisirs : Frapper mes adorables squelettes ewe
Humeur : It's okay if you hate me, I hate me too.

http://www.ElisavetaxTaiwanxArthur.skyblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le journal d’un squelette. Mais oui, les squelettes cay vivant, vous ne pouvez pas comprendre, bordel.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum